Hugo, Yann et Amélie

Publié le par hospitalité de Touraine

Pour la deuxième année consécutive, l’hospitalité de Touraine accueille plusieurs enfants handicapés dans le pèlerinage du mois d’août. Je vais accompagner Hugo, petit bonhomme de presque douze ans, autiste et trisomique. Ses parents sont là bien sûr, ils sont son refuge là où il n’a plus aucun repère. Il m’apprivoise doucement, et j’apprends à le connaître. Bien vite je m’aperçois qu’il ne sera pas facile de prendre soin de lui toute seule. Il est déjà fort, et n’a pas de mots pour dire sa peur, sa colère, sa fatigue ou son désarroi. Il lance alors tout ce qui se trouve à sa portée, et mieux vaut avoir bien attaché ses chaussures ! C’est donc Yann qui va venir avec nous. Yann est un hospitalier qui possède une immense richesse : il est guitariste. La musique attire beaucoup Hugo, elle l’intrigue, le calme et l’apaise. Pour nous cela va être un moyen de communiquer avec lui... On notera d’ailleurs une petite préférence pour Brassens et Les copains d’abord ! Les journées des enfants sont bien remplies. Et si pendant les Eucharisties, Hugo reste calme entre ses parents, il lui est plus difficile d’écouter les différents intervenants qui viennent témoigner ou raconter Bernadette. Nous partons alors nous promener, avec la guitare. Certains moments n’ont pas été très faciles, mais d’autres vraiment magnifiques. Hugo aime bien jouer, et rigole beaucoup !

La présence des enfants dans le pèlerinage lui donne une autre couleur, un air de fête. Ils se découvrent, s’amusent ensemble, et Hugo n’est pas en reste ! Mercredi, Hugo a reçu le corps du Christ pour la première fois. Nous sommes ensuite partis nous balader, et sommes passés devant la grotte. Il s’est alors assis, et alors qu’il était énervé, il est resté calme pendant un grand moment. Temps de grâce pour lui comme pour nous ! Nous avons aussi pu discuter avec ses parents, qui ont adopté Hugo, ainsi que Raissa, elle aussi handicapée mentale. Dans notre société où il est trop souvent question de l’aide à mourir, il est important de voir que beaucoup ont le courage de vivre, et qu’ils sont aimés et accompagnés.

Vivre ces quelques jours avec Hugo a été fantastique. Il m’a énormément donné, son sourire est sans aucun doute le plus beau des cadeaux. Cela a été une grande joie, et c’est surtout une grande force ! Hugo ne nous dira sans doute jamais ce qu’il a ressenti en venant à Lourdes, mais je suis sûre qu’il en est revenu heureux, plein de cet Amour que Dieu vient nous donner, et qu’il reçoit de ses parents et de ceux qui l’entourent.

Amélie PINEL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :