Le 18 janvier 1862 - La reconnaissance des apparitions

Publié le par Hospitalité de Touraine

2011-10-16-au-23---Stage-Hospitalite-ND-de-Lourdes--25--.JPG

Les conséquences de la reconnaissance des apparitions

Dès le mois de juillet 1858, l'évêque de Tarbes, Mgr Laurence, constitua une commission d’enquête. S’appuyant sur ses travaux et ayant interrogé lui-même Bernadette, Mgr Laurence publia ses propres conclusions le 18 janvier 1862. Ce délai de trois ans et demi avait permis de vérifier la santé mentale de Bernadette, la permanence de l’impact spirituel des Apparitions et la solidité des guérisons.

Ces trois indices permettent à Mgr Laurence d’affirmer : «Nous jugeons que l’Immaculée Marie, Mère de Dieu, a réellement apparu à Bernadette Soubirous, le 11 février 1858 et jours suivants, au nombre de dix-huit fois, dans la grotte de Massabielle, près la ville de Lourdes ; que cette apparition revêt tous les caractères de la vérité et que les fidèles sont fondés à la croire certaine. Nous soumettons humblement notre jugement au jugement du Souverain-Pontife, qui est chargé de gouverner l’Eglise universelle» ( Texte du mandement )

L’authenticité des apparitions de Lourdes n’est pas un article de foi. Elle est hautement crédible et recommandée par l’Eglise. La déclaration de Mgr Laurence porte le nom de «mandement» parce que tous les curés du diocèse avaient l’obligation de la lire aux fidèles lors d’une messe du dimanche.

Le Mandement de 1862 a deux conséquences pratiques. Il autorise les pèlerinages officiels et il lance la construction de la basilique de l’Immaculée Conception. Ainsi seront réalisées les deux demandes de la Vierge :

«Allez dire aux prêtres qu’on vienne ici en procession et qu’on y bâtisse une chapelle».

 † Jacques Perrier, évêque de Tarbes et Lourdes

 

Le Père René Laurentin, spécialiste de l'histoire de Lourdes, explique pourquoi Mgr Laurence a reconnu les apparitions dès 1862 (Voir la vidéo).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :