19 articles avec calendrier liturgique

Jésus est RESSUSCITE

Publié le par Hospitalité de Touraine

 

Éclatons de joie

 

Le Christ est ressuscité d’entre les morts, levez-vous, vous aussi !
Le Christ qui dormait s’éveille, éveillez-vous !
Le Christ sort du tombeau, la mort est vaincue.
C’est la Pâque du Seigneur,
C’est le jour de la résurrection et le commencement de la vraie vie.
Éclatons de lumière et de joie !

En ce matin de Pâques, prions pour la terre entière,
Prions pour l’Église du Christ,
Prions pour tous nos frères les hommes.

Dimanche de la Miséricorde Divine

Publié le par Hospitalité de Touraine

La-Misericorde-Divine-copie-1.jpg

L’Acte de consécration du monde entier a la Miséricorde Divine par Jean Paul II

Lors de son voyage en Pologne en août 2002, le pape Jean Paul II a célébré la dédicace du nouveau sanctuaire de la Divine Miséricorde a Cracovie. Au cours de l’homélie, il a confié solennellement le monde entier à la Divine Miséricorde :

Dieu, Père miséricordieux,
qui as révélé Ton amour
dans ton Fils Jésus-Christ,
et l'as répandu sur nous
dans l'Esprit Saint Consolateur,
nous Te confions aujourd'hui
le destin du monde
et de chaque homme.
Penche-toi sur nos péchés,
guéris notre faiblesse,
vaincs tout mal, fais
que tous les habitants de la terre
fassent l'expérience
de ta miséricorde,
afin qu'en Toi, Dieu Un et Trine,
ils trouvent toujours
la source de l'espérance.
Père éternel,
pour la douloureuse Passion
et la Résurrection de ton Fils,
accorde-nous ta miséricorde,
ainsi qu'au monde entier!
Amen.

Fête de la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph

Publié le par Hospitalité de Touraine

 

2011-05-19-au-23---Pelerinage-Lourdes--56----Presentation.JPG

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2,22-40.

 Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur.

Ils venaient aussi présenter en offrande le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.


Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C'était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui.

L'Esprit lui avait révélé qu'il ne verrait pas la mort avant d'avoir vu le Messie du Seigneur.

Poussé par l'Esprit, Syméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l'enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient.

Syméon prit l'enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples : lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d'Israël ton peuple. »

Le père et la mère de l'enfant s'étonnaient de ce qu'on disait de lui. 

Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. - Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d'un grand nombre. »

 

Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser. Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l'âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s'éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière.

S'approchant d'eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.


Lorsqu'ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.

L'enfant grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.


Photo prise dans la Basilique du Rosaire de Lourdes

Annonce de la fête de Noël

Publié le par Hospitalité de Touraine

 

2011-05-19-au-23---Pelerinage-Lourdes--55----Naissance-de-.JPG

De longs siècles après la création du monde

lorsque Dieu. au commencement,

créa le ciel et la terre,

bien longtemps après le Déluge,

plus de deux mille ans après la naissance d'Abraham,

près de quinze cents ans après Moïse

et la sortie d'Égypte du peuple d'Israël,

environ mille ans après le sacre du roi David,

dans la soixante-quinzième année

de la prophétie de Daniel,

en la cent vingt-quatrième olympiade

et sept cent cinquante-deuxième année

de la fondation de Rome,

l'an quarante-deux de l'empereur Octave-Auguste,

dans le sixième âge du monde terrestre,

tout l'univers étant en paix,

JESUS CHRIST,

Dieu éternel et Fils du Père éternel,

voulant sanctifier le monde

par son miséricordieux avènement,

après avoir été conçu du Saint-Esprit,

EST NÉ A BETHLÉEM DE JUDÉE

de la Vierge Marie,

DIEU FAIT HOMME.

C'est la NATIVITE

de notre Seigneur Jésus Christ selon la Chair.

 

Photo prise dans la Basilique du Rosaire de lourdes

4ème dimanche de l'Avent

Publié le par Hospitalité de Touraine

4eme-dimanche-Avent.gif

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,26-38. 
L'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. 

L'ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. ».

A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.

L'ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n'aura pas de fin. » 

Marie dit à l'ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? » 

L'ange lui répondit : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. 

Et voici qu'Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu'on l'appelait : 'la femme stérile'.  Car rien n'est impossible à Dieu. » 

Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. » Alors l'ange la quitta.

 

A l'image de la Vierge Marie qui accueille l'Esprit Saint, préparons nous à vivre l'avénement de l'enfant Jésus, par le sacrement de Réconciliation.

11 novembre - Fête de Saint Martin de Tours - Sa vie

Publié le par Hospitalité de Touraine

2011 03 27 - Récollement de l'Hospitalité de Touraine (4)Cet européen avant l'heure, symbole de la valeur universelle du partage, naquit en 316, à Savaria, en Pannonie (actuelle Hongrie) de parents païens. Il passa sa jeunesse à Pavie, en Italie, où son père était militaire dans l'armée romaine. Vers l'âge de quinze ans, il fut enrôlé de force dans l'armée romaine, et fit son service dans la cavalerie. 

En 337, en garnison à Amiens, en France, il partagea la moitié de son manteau pour la donner à un pauvre qui mourait de froid. Il eut alors la révélation de la foi et se convertit au christianisme. C'est pourquoi Martin décida alors de quitter l'armée. C'est en 356, à Worms, en Allemagne, qu'il en obtint l'autorisation. Il se mit alors au service d'Hilaire, évêque de Poitiers, en France, qui le forma et lui confia la fonction d'exorciste. Parti retrouver ses parents dans sa Pannonie natale, il convertit sa mère ; mais son père refusa. Il s'installa ensuite à Milan, en Italie, pour essayer de retrouver Hilaire, alors en exil. Chassé de Milan, il partit s'isoler pour un temps sur l'île de Gallinaria, sur la côte ligure. Puis, il revint en France pour rejoindre Saint Hilaire; sur les conseils de celui-ci, Martin s'installa comme ermite près de Poitiers, et fonda le monastère de Ligugé, premier Monastère d'Occident. 

Enlevé par les Tourangeaux qui voulaient en faire leur évêque, Martin fut élu évêque de Tours le 4 Juillet 371. Il créa le monastère de Marmoutier, près de Tours, et fonda les premières églises rurales de la Gaule. Saint Martin mourut le 8 novembre 397 à Candes-Saint-Martin et fut enterré le 11 novembre à Tours.

Selon la légende, lorsque Saint Martin mourut, sa dépouille fut ramenée à Tours le long de la Loire et sur son passage, les arbres se mirent à fleurir. Depuis, chaque année à cette période, le temps se radoucit l’espace de quelques jours, c’est ce que l’on appelle “l’été de la Saint Martin” pendant lequel sont allumés les fameux “feux de la Saint Martin”.

A Tours, on éleva une modeste basilique remplacée bientôt par une église romane puis une église gothique. La crypte où reposaient ses reliques reçut la visite de nombreux rois : Clovis, Charlemagne, Philippe-Auguste, Henri IV, Louis XIV, et bien d’autres.

La Basilique Saint Martin de Tours n'existe plus aujourd’hui, tombant déjà en ruine par manque d’entretien, elle a été détruite au moment de la Révolution Française. La rue des Halles a été tracée sur son emplacement et seuls deux vestiges en restent bien visibles: la Tour Charlemagne et la Tour de l'Horloge.

Cette église disparue était pourtant la plus grande de l'occident Médiéval, point d'aboutissement d'un des grands pèlerinages de la Chrétienté d'alors : le Tombeau de Saint Martin.

La Tour Charlemagne ainsi est nommée car elle s'élève sur le tombeau de l'épouse de Charlemagne, Luitgarde, morte lors du séjour à Tours de l'Empereur à Tours, en 800. L’histoire de cette tour est bien complexe : vendue comme Bien National à la Révolution Française, elle fut utilisée comme fonderie de plombs de chasse et fut victime d’un incendie en 1826, on creusa par la suite un puits artésien à son pied et elle servit alors de château d’eau. Victime de tous ces mauvais traitements le coté sud s'effondra le 12 mars 1928, il a été sommairement restauré depuis.

 La Tour de l’Horloge est appelée aussi Tour du Trésor car c’est là que pendant des siècles furent entreposés les dons des pèlerins.

Du Cloître Saint Martin deux parties subsistent aujourd’hui : la galerie Est et une dépendance, la Chapelle Saint-Jean. La galerie Est a été construite de 1508 à 1519 au début de la Renaissance. La décoration en a été réalisée dans un style italien.

Dans la Chapelle Saint-Jean (bâtie sur l'emplacement d'un Baptistère qui contenait des reliques de Saint Jean Baptiste et de Saint Serge) les reliques de Saint Martin furent déposées au début du XIème siècle pendant la reconstruction de la Basilique.

La Chapelle actuelle est du XIIIème siècle, elle a été restaurée à plusieurs reprises et a servi de Salle Capitulaire. Les Chanoines s'y réfugièrent lors du pillage de la Basilique par les Protestants en 1562. Elle abrite désormais le Musée Saint Martin.

Solennité de l'Assomption de la Vierge Marie

Publié le par Hospitalité de Touraine

2011-05-19-au-23---Pelerinage-Lourdes--66----L-assomption-.JPG

A l'approche de l'heure de la réunion avec son Dieu, Marie pria pour l'accomplissement de la promesse que Jésus lui avait faite le jour de l'ascension. Les apôtres et plusieurs disciples furent convoqués par des anges dans diverses parties du monde, pour se rendre à Ephèse en toute hâte, auprès de Marie. Dans sa maison, Marie semblait au moment de mourir. Vers le soir, son visage était comme illuminé. Les apôtres s'approchèrent et Marie les bénit tour à tour. Elle parla à tous, et fit tout ce que Jésus lui avait enjoint à Béthanie.

Pendant ce temps l'autel fut préparé, et les apôtres se revêtirent pour le service divin.

Quand Pierre eut communié et donné la communion aux autres apôtres, il porta à Marie le saint sacrement et l'extrême onction. A la réception de la sainte Eucharistie, une lumière éclatante entra dans Marie. Son visage était épanoui et souriant comme dans sa jeunesse. Ses yeux, pleins d'une sainte joie, étaient tournés vers le ciel.

Alors le toit de la maison disparut montrant l'intérieur de la Jérusalem céleste. Il en descendit comme deux nuées d'innombrables anges, et une voie lumineuse se dirigea vers Marie. Une montagne lumineuse s'éleva de Marie jusque dans la Jérusalem céleste.

Elle tendit les bras et son corps se souleva. Son âme sortit et les anges la séparèrent du corps qui retomba. L'âme de Marie entra dans la Jérusalem céleste et arriva jusqu'au trône de la très sainte Trinité. Le corps de Marie reposait le visage rayonnant, les yeux fermés, les bras croisés sur la poitrine. C'était la neuvième heure comme l'heure de la mort de notre Sauveur.

Puis le Saint corps fut lavé sans qu'aucun n'en voit la chair. On déposa des herbes aromatiques, des fleurs blanches, rouges et bleu céleste. Puis le corps fut enveloppé dans les linges et placé dans un cercueil léger.

Les apôtres se relayèrent pour le porter au sépulcre. Il faisait tout à fait nuit quand on ferma le tombeau. Une voie lumineuse descendit du ciel, et avec elle une forme brillante semblable à l'âme de Marie, accompagnée de la figure de Notre-seigneur.

Le corps de Marie sortit resplendissant du tombeau, transfiguré, s'unit à son âme, et s'éleva vers le ciel. La figure de Jésus-Christ, avec des rayons partant de ses cicatrices, planait devant elle.

Fête de la Transfiguration du Seigneur

Publié le par Hospitalité de Touraine

La-transfiguration.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 17,1-9. 
Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l'écart, sur une haute montagne. 
Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. 
Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s'entretenaient avec lui. 
Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. » 
Il parlait encore, lorsqu'une nuée lumineuse les couvrit de son ombre ; et, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis tout mon amour ; écoutez-le ! » 
Entendant cela, les disciples tombèrent la face contre terre et furent saisis d'une grande frayeur. 
Jésus s'approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et n'ayez pas peur ! » 
Levant les yeux, ils ne virent plus que lui, Jésus seul. 
En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts. » 

Sainte Anne, mère de la Sainte Vierge

Publié le par Hospitalité de Touraine

Saint-Anne-et-Saint-Joachim.jpgSAINTE ANNE 
Mère de la très Sainte Vierge

        Sainte Anne appartenait à ce peuple choisi qui, dans les desseins de Dieu, devait donner naissance au Sauveur des hommes ; elle était de la tribu de Juda et de la race de David. Ses parents, recommandables par leur origine, devinrent surtout illustres entre tous leurs concitoyens par l'éclat d'une vie pleine de bonnes œuvres et de vertus. Dieu, qui avait prédestiné cette enfant à devenir l'aïeule du Sauveur, la combla des grâces les plus admirables.

        Après Marie, aucune femme plus que sainte Anne ne fut bénie et privilégiée entre toutes les autres. Mais si elle reçut tant de grâces, comme elle sut y répondre par la sainteté de sa vie ! Toute jeune enfant, elle était douce, humble, modeste, obéissante et ornée des naïves vertus de son âge. Plus tard, comme elle sut bien garder intact le lis de sa virginité ! Comme elle dépassait toutes les filles, ses compagnes, par sa piété, par la réserve de sa tenue, son recueillement et la sainteté de toute sa conduite !

        Puis, quand il plut à Dieu d'unir son sort à celui de Joachim, combien Anne fut une épouse prévenante, respectueuse, laborieuse, charitable et scrupuleusement fidèle à tous les devoirs de son état, vaquant à propos au travail et à la prière. Dieu lui refusa longtemps de devenir mère ; elle se soumit humblement à cette épreuve et l'utilisa pour sa sanctification. Mais à l'épreuve succéda une grande joie, car de Joachim et d'Anne, déjà vieux, naquit miraculeusement celle qui devait être la Mère du Sauveur et, dans l'ordre de la grâce, la Mère du genre humain. C'est sans doute un grand honneur pour sainte Anne, que d'avoir donné naissance à la Mère de Dieu ; mais il lui revient beaucoup plus de gloire d'avoir formé le cœur de Marie à la vertu et à l'innocence !

        L'Église célébrera dans tous les âges la piété maternelle de sainte Anne, et la gloire de sa fille rejaillira sur elle de génération en génération. Le culte de sainte Anne a subi diverses alternatives. Son corps fut transporté dans les Gaules, au premier siècle de l'ère chrétienne, et enfoui dans un souterrain de l'église d'Apt, en Provence, à l'époque des persécutions. À la fin du VIIIe siècle, il fut miraculeusement découvert et devint l'objet d'un pèlerinage. Mais c'est surtout au XVIIe siècle que le culte de sainte Anne acquit la popularité dont il jouit.

        De tous les sanctuaires de sainte Anne, le plus célèbre est celui d'Auray, en Bretagne ; son origine est due à la miraculeuse découverte d'une vieille statue de la grande Sainte, accompagnée des circonstances les plus extraordinaires et suivies de prodiges sans nombre. Sainte-Anne d'Auray est encore aujourd'hui l'objet d'un pèlerinage national.

La Fête Dieu - Le Saint Sacrement

Publié le par Hospitalité de Touraine

2011 05 19 au 23 - Pèlerinage Lourdes (481)La Fête-Dieu ou Fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ

Nous devons l'origine de la « Fête-Dieu » ou « Fête du St sacrement du corps et du sang du Christ » à une révélation faite à sœur Julienne du Mont Cornillon vers l'an 1210. Cette révélation demandait l'institution d'une fête annuelle en l'honneur du Saint Sacrement de l'autel. Malgré une vive persécution contre sœur Julienne et ceux qui souhaitaient que cette fête se répande, le diocèse de Liège l'institua vers l'an 1245 puis l'Église universelle ajouta cette fête au calendrier liturgique par le pape Urbain IV qui la rendit obligatoire pour l'Église entière en 1264.

Jean XXII, en 1318 ordonna de compléter la fête par une procession solennelle où le très Saint Sacrement serait porté en triomphe. On fait une procession solennelle le jour de la Fête-Dieu pour sanctifier et bénir, par la présence de Jésus-Christ, les rues et les maisons de nos villes et de nos villages. Saint Thomas d'Aquin prépara la liturgie de cette fête, notamment par la création du Lauda Sion Salvatorem et Pange Lingua Gloriosi permettant aux fidèles, une catéchèse simple et belle sur la Présence Réelle.

Le culte eucharistique s'est développé de plus en plus depuis le XIVème siècle. À ce moment, l'Ostensoir apparaît en Allemagne et en France, où l'hostie consacrée est exposée à l'adoration des fidèles. La pratique courante de l'exposition date de la période de l'instauration de la Fête Dieu.

La Pentecôte - Troisième Mystère Glorieux

Publié le par Hospitalité de Touraine

2011-05-19-au-23---Pelerinage-Lourdes--40-.JPGDix jours après l’Ascension, le jour de la Pentecôte étant arrivé, ils se trouvèrent tous ensemble dans un même lieu. Un bruit soudain se fit entendre. Ils virent apparaître des langues qu’on eut dites de feu. Elles se partageaient, il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent alors remplis de l’Esprit-Saint, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer.

Or, il y avait, demeurant à Jérusalem, des hommes dévots, de toutes les nations qui sont sous le ciel ; Chacun les entendait parler en son idiome... ils disaient « ... comment se fait-il alors que chacun de nous les entende dans sa propre langue maternelle ? » Pierre leur répondit : « Repentez-vous et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés et vous recevrez alors le don du Saint-Esprit ». Eux donc, accueillant sa parole, se firent baptiser.

Marie nous invite spécialement à ouvrir nos cœurs à l’Esprit-Saint. En ces temps, laissons agir Marie dans nos cœurs. Offrons notre vie à Jésus pour qu’il puisse nous fortifier dans la foi.

L'Ascension : deuxième mystère glorieux

Publié le par Hospitalité de Touraine

2011-05-19-au-23---Pelerinage-Lourdes--39-.JPGAu dernier repas qu’il prit avec eux, il leur enjoignit de ne pas s'éloigner de Jérusalem, mais d'y attendre la promesse du Père, que "je vous ai annoncé", dit il – " Jean vous a baptisé dans l'eau ; vous serez baptisés dans l'Esprit Saint d'ici peu de jours".
Au cours de la réunion il y en eu qui lui demandèrent :"Le moment est-il venu de restaurer la royauté au profit d’Israël ?" Il leur répondit :"Il ne vous est pas donné de connaître les temps et les moments que le Père a fixé dans sa toute puissance, mais vous serez revêtus de force quand le Saint Esprit sera descendu sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, jusqu'aux extrémités de la terre".

A ces mots il fut enlevé au ciel et une nuée vint le dérober à leurs yeux. Et comme ils tenaient leur regard fixe vers le ciel à sa suite, voici que deux hommes, vêtus de blanc, se présentèrent à eux, qui leur dirent : "Galiléens, pourquoi rester ainsi à regarder le ciel ? Ce même Jésus qui vient de vous être ravi au ciel, en descendra de la même manière que vous l'avez vu y monter".
 
 
 

Samedi de Pâques

Publié le par Hospitalité de Touraine

Octave de Pâques VI

Apparition-de-Jesus-pendant-que-les-apotres-sont-attable.jpgLes actions de grâces
Les fruits de cette grâce pascale (lundi) sont goûtés déjà dans les actions de grâces après la communion : vivre les réalités d'en-haut (mardi), entrer, libres de tout vieillissement, dans la nouvelle création (mercredi), prendre conscience de l'échange merveilleux où nous sommes rachetés à grands prix (jeudi), demeurer dans la joie de la résurrection (vendredi), pour parvenir avec le Christ à la gloire (samedi).
Une joie indicible, une vie de l'Eglise en expansion, sous la mouvance de l'Esprit Saint, tel est l'esprit dans lequel la liturgie de cette première semaine pascale entend nous immerger.

Le samedi saint : deuxième jour du Triduum Pascal

Publié le par Hospitalité de Touraine

Samedi-saint---Saint-suair.jpgCe jour est un jour sans liturgie : aucune Eucharistie, aucune liturgie de la Parole ne sont célébrées si ce n’est la Liturgie des Heures.

De même qu’après l’œuvre de la création, Dieu s’était reposé le 7ème jour, après l’épreuve de la Passion, Jésus, enseveli, repose à son tour.

Auprès de Lui, l’Église veille dans l’espérance. Elle fait également mémoire de sa descente aux enfers, de sa mystérieuse rencontre avec tous ceux qui, depuis les siècles, attendaient que s’ouvre la porte du ciel (cf. 1Pi 3,19-20 ; 4,6).

Le Samedi saint est une journée de silence, de prière et d’attente, mais elle laisse déjà pressentir la victoire toute proche, l’aurore d’un jour nouveau : « Voici l’époux qui vient, allons à sa rencontre».

Joyeux Noël

Publié le par hospitalité de Touraine

« Gaudete – Soyez dans la joie du Seigneur, soyez toujours dans la joie, le Seigneur est proche » 

Lourdes Noel 2010

 « Je vous annonce une grande joie pour tout le peuple : aujourd’hui vous est né un Sauveur » (Lc 2, 11)

8 décembre : Fête de l'immaculée conception

Publié le par hospitalité de Touraine

Aujourd'hui 8 décembre : Fête de l'Immaculée Conception

Voici une vidéo qui en 1 minute vous parle de cette fête.

Le Père André Cabes, prêtre et docteur en théologie, vous donne sa définition  de l'Immaculée Conception

 

Jeudi 11 février (fête de Notre Dame de Lourdes)

Publié le par hospitalité de Touraine

En direct sur TV Lourdes (non-stop)

Une journée de prière en continu... Régulièrement sur TV Lourdes, des intentions de prière reçues par internet sur le site www.lourdes-france.org sont lues à l'antenne.

6h Messe en italien
7h Messe en polonais
8h Messe en croate
9h Messe en français
10h : messe internationale à la basilique Saint-Pie X, présidée par le Cardinal Jean-Pierre Ricard, suivie de l’évocation de la première apparition et de l’Angelus à la Grotte
15h30 : chapelet en français médité à la Grotte
17h : procession eucharistique
18h : chapelet en italien médité à la Grotte
21h : procession mariale, départ de la Grotte

Prière pour l’Assomption

Publié le par hospitalité de Touraine

Prière pour l’Assomption
Aujourd’hui, notre regard doit s’élever
vers le ciel de toutes nos espérances.

Marie, notre soeur Marie, fille de notre terre,
est élevée dans la gloire parce qu’elle est aussi
la mère de notre Dieu.

Marie est la première
à pouvoir placer ses pas
dans les pas de son fils...
...jusqu’au bout du voyage.
Nos chemins, eux aussi,
conduisent à la gloire.
Nous ne le voyons pas,
mais Marie nous le dit
par son Assomption.
Toi, Notre-Dame,
consolide en nos coeurs
la foi et l’espérance
et remplis-nous de cet amour
qui vaincra toute mort
le jour de notre propre assomption.